Projets

Spread the love

Spread the love

L’Union des Cinéastes du Nord-Kivu (UCNK) a prépare une conférence ce samedi 12 février 2022 dans la salle Alliance Française (ex Espace Cultuel Francophone) en ville de Goma à partir de 14h.

Cette réuni les partenaires culturels de la province du Nord-Kivu, les présidents des groupes cinématographiques et les artistes cinéastes indépendants dans le cadre de la préparation de la 2 ème édition du concours cinématographique dénommé « FILMS ZA KWETU » prévu dans le mois de Juillet prochain toujours en ville de Goma dans cette année 2022.

Le directeur de programmes devant plus de 50 acteurs, réalisateurs, scénaristes et producteurs, le projet d’accompagnement cinématographique a présenté dans la grande salle salle de l’aliiance francophone de Goma fixant pour objectif principal d’améliorer le dit secteur et d’aider les acteurs à vivre de leurs métiers.

Etant vu que le cinéma est moins consommé sur le marché local malgré la croissance de la production, ce projet a pour but de résoudre le problème de manque d’appui et d’accompagnement dans ce domaine et de faible engagement des acteurs comme le dit ses initiateurs.

D’après le cordonnateur de l’UCNK Monsieur Issa Djuma, l’un des initiateurs de ce projet, “Aucun acteur cinéaste, réalisateur, scénariste ou producteur dans cette province ne peut affirmer qu’il vit grâce à ce métier. Et cela malgré sa noble valeur qu’elle contribue dans tous les domaines de la vie et de l’évolution du pays”.

L’UCNK se propose de lancer ce projet d’accompagnement cinématographique pour qu’ensemble avec les couches de tous les cinéastes réunis. Son souhait etant que les cinéastes puissent conjuguer leurs efforts ensemble afin de pousser à l’étendard cet art qui semble être oublié et négligé non seulement ca mais aussi de le faire consommerau niveau national pourquoi pas international.

Selon Monsieur Ibrahim TWAHA ce ditecteur des programme, ce projet qui demande l’apport de tous est ouvert à toute la couche de cinéastes pour l’accomplissement de ce projet mais aussi demande l’accompagnement de l’etat et tous les opérateurs culturels, politiques, économiques.

Le cinéma reste un des secteurs les moins lucratifs en RDC et particulierement dans cette province du Nord-Kivu. Le ministère de la culture et art devrait réfléchir, selon plusieurs acteurs du cinéma, sur les voies et moyens pour relever ce secteur et appuyer des organisations qui font sa promotion afin qu’à travers le cinéma la culture congolaise soit répandue et connue à travers le monde comme la rumba congolaise.

Billy Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *